Jimmy Sabater un romancier en… Transes (Liberté de l’Est)

Jimmy Sabater,un romancier en… « Transes »

“Tout jeune, j’ai toujours baigné dans l’esprit artistique. Mon père sculptait des allumettes. Ma mère travaillait dans la mode et le prêt-à-porter. Elle évoquait les couleurs, les matières avec envie et passion. Tout ça a dû me marquer profondément”, glisse timidement Jimmy Sabater. Car parler de lui et encore plus de son travail n’est pas son fort. Il l’avoue dans un grand éclat de rire. “Si je crée dans différents domaines, c’est pour mon plaisir et pas pour me faire la part belle. J’ai été élevé dans le culte de l’esthétique.” Cet homme a pourtant un parcours étonnant qui mérite que l’on s’y attarde. Entièrement autodidacte, il fait beaucoup d’expositions de peinture dans l’Est de la France. Il a fait partie durant huit ans de la Maison des artistes à Paris avant d’aller traîner son talent ailleurs. Émaux de Longwy Car l’homme possède de multiples casquettes. Il a été repéré par l’un des fabricants des Émaux de Longwy et en est à sa quatrième collection. Des personnages mi-naïfs mi-féeriques dénommés “Princesse bleue”, “Commedia” et pour la dernière collection “Justin et Rosemarie” donnent à ces émaux un style très moderne. Entre ces collaborations et son boulot de webmaster, il trouve encore le temps de s’adonner à l’écriture. Avec succès, puisque son premier roman – “Plaisirs et châtiments” – publié au Seuil dans la collection Velours de Baleine, a été encensé par la critique (Libération, l’Express…) “Ce roman était parti d’une nouvelle que j’ai développée. Il racontait la vie de MG, une femme vieillissante qui perdait tout plaisir d’aimer”. Une espèce de thriller psychologique et machiavélique. Après le deuxième, tout aussi étrange – “Hardcorps” – Jimmy Sabater vient de sortir “Transes” chez TG qui évoque le parcours de Farid, qui vit dans le culte de la femme en se travestissant. Lorsqu’une sombre histoire de meurtre lui tombe dessus. “J’aime les personnages peu ordinaires qui, poussés dans leurs retranchements, révèlent nos propres sentiments et nous ramènent à nos propres limites.” Par ailleurs, cet artiste bouillonnant prépare un quatrième livre à quatre mains avec François Rivière, biographe d’Agatha Christie. “J’ai toujours aimé écrire et j’ai découvert il y a peu de temps que mon grand-père espagnol, expert traducteur qui parlait onze langues et avait fait deux fois le tour du monde, avait traduit des romans de science-fiction.” Curieux hasard… Et deux de ses nouvelles vont être adaptées au cinéma. Un avenir tout tracé vers la voie du succès. Le troisième livre de Jimmy Sabater évoque le parcours d’un être ambiguë et étrange mais attachant. (Ph.E.TH.)

 

Liberte03112006-2BD.jpg

 

 

 

Hits: 127

Transes : La dédicace de l’auteur (Passion du Livre)

Transes

Auteur : Jimmy Sabater
Genre : Policier
Editeur : Textes gais, Paris, France
Prix : 14 € / 91,83 F
ISBN : 978-2-91467g-21-3
GENCOD : 9782914679213
Sortie le : 01/11/2006

 

La dédicace de l’auteur

Lorsque j’ai écrit HardCorps, mon second roman, beaucoup se sont demandés à quel genre littéraire il appartenait et cela m’a donné l’idée de fuir les genres pré-établis afin de créer une histoire plus réaliste. Pour moi Transes navigue entre le polar, le roman noir, qui est différent, et le récit introspectif. Le livre joue avec un malin plaisir avec ces frontières. En effet, Yasmina, le personnage principal, est en quête de son identité sexuelle, ne sachant si son sexe véritable est celui de son corps ou celui de son esprit. Les gens qui gravitent autour d’elle traversent également de profondes mutations. Je pense par exemple à Alexandre qui, derrière sa beauté angélique, cache un passé qui ne correspond pas à l’image sadique qu’il veut montrer à Yasmina. Dans Transes tout glisse peu à peu et on ne sait pas si les choses vont s’arranger ou si l’on va virer vers le cauchemar le plus noir. J’ai été inspiré par « Monster » de Naoki Urasawa pour trouver ce rythme toujours plus rapide avec des rebondissements incessants qui font que l’on ne sait jamais où va nous mener l’histoire. Les trois premiers meurtres ne sont que des prétextes pour déclencher un vent de panique qui va révéler les tréfonds de chaque personnage.
Jimmy Sabater

passiondulivre.com

Transes-17.56.29.jpg

Hits: 146

Plaisirs et Châtiments, critique (01/06/2001 – Libération)

Jimmy Sabater _ Plaisirs et Châtiments (Baleine)

Romans/Jimmy Sabater
Plaisirs et Châtiments
Baleine “Velours”
182 pp.

Une reine du roman sentimental, désignée sous les initiales MG, livre son journal intime. “Je suis esclave de mes désirs et de mes pulsions” avoue cette fausse innocente. Malheureuse en ménage, elle succombe au charme de différents jeunes gens, dont la fréquentation ne fait qu’ajouter à son mal de vivre.
MG part pour New-York, puis revient. Sa relation avec un adolescent, Philip, l’amène à se poser des problèmes d’écriture : va-t-elle arrêter le roman rose ? Les inconstances de MG, son goût immodéré pour les alcools forts, loin de nous la rendre agaçante, font de ce personnage surgi des pages glacées – ou très chaudes – de Vanity Fair une sorte d’icône anonyme de la mondanité trash. Pour son premier roman, précieux et lapidaire, Jimmy Sabater a mis en abyme le principe même de la collection “Velours”. François Rivière.

Libération,  15 juin 2001

Continuer la lecture de « Plaisirs et Châtiments, critique (01/06/2001 – Libération) »

Hits: 315

Plaisirs et châtiments (Le Républicain Lorrain)

Jimmy Sabater _ Plaisirs et Châtiments (Baleine)

Jimmy Sabater Plaisirs et Châtiments
(Baleine)

Fastes, frivolités et paillettes, tel est l’univers dans lequel évolue MG, “Jet-setteuse” Londonienne. Dans cet univers festif, sexe, champagne et cocaïne sont incontournables. MG en use et en abuse. Son obsession pour le sexe la jette dans les bras de dizaines d’hommes dont elle ignore parfois le prénom, cela en dépit de son mari, Daniel, qu’elle considère comme un voisin. Cherchant à fuir continuellement sa vie, elle se réfugie dans l’alcool et la drogue jusqu’au jour où elle décide d’en finir. Une cure de désintoxication plus tard, MG reprend sa vie de perdition, mais garde toujours l’espoir de devenir une autre.
Le Républicain Lorrain, 29 mai 2001

Continuer la lecture de « Plaisirs et châtiments (Le Républicain Lorrain) »

Hits: 177

Love parade dans la Jet-set Londonienne (Lumière n°106 – Mai 2001)

Love parade dans la Jet-Set Londonienne

Jimmy Sabater _ Plaisirs et Châtiments (Baleine)

Alors que le festival de Cannes illumine la Riviera française des frasques fastueuses de ses stars internationales, le roman de Jimmy Sabater porte un coup de projecteur cinglant sur les mœurs de la jet-set londonienne, où le champagne, les drogues et le sexe apportent leur lot quotidien de “Plaisirs et châtiments”. Confrontée à la solitude d’une vie malmenée à Londres, New-York et la Martinique, une femme, MG, nous livre le journal intime de ses déboires amoureux et de ses excès éthyliques. Un étalage de luxe et de luxure au goût amer, face auquel le lecteur ne peut rester de marbre ! Que manque-t-il à cette femme, écrivain, que le succès littéraire comble des feux de la rampe médiatique ? Une âme, sans doute. Une intériorité. À l’image de ce papillon de nuit, aux ailes brûlées par les lumières incandescentes de la ville, MG se résume aux initiales d’une vie éphémère, à peine esquissée, bouillonnante et brouillonne. MG ou RB, notre “Initial BB” explore aux limites de la légalité les nombreuses pistes de son identité éclatée et de sa mémoire meurtrie. En proie aux sentiments de vacuité et de culpabilité, elle erre au gré d’une volonté paradoxale, entre décadence et cure de désintoxication, seule la littérature semble porter la promesse d’une guérison, pour ce personnage en quête d’auteur.

Estelle Gapp

Plaisirs et châtiments. De Jimmy Sabater. Éditions Baleine. 182 pages.

 

Continuer la lecture de « Love parade dans la Jet-set Londonienne (Lumière n°106 – Mai 2001) »

Hits: 152

Plaisirs et châtiments : Rose foncé (L’Express)

Jimmy Sabater _ Plaisirs et Châtiments (Baleine)

Rose foncé.

Toujours en avance d’un défi, Baleine ose des romans roses sans l’eau de rose. Les premiers ont alternés signatures notoires et inconnus intégraux. Le nom du quinzième ne vous dira peut-être rien, raison de plus pour partir à sa découverte et faire la connaissance de MG, femme des plaisirs, de luxe, de champagne et de volupté. Passés les vertiges de la fête décadente, MG découvre la vie autrement, avec ses miroirs aux alouettes. Et l’alouette aux miroirs est capable de métamorphoses étonnantes. M. E. B.

“Plaisirs et Châtiments” par Jimmy Sabater, Baleine “Velours”.

L’Express – 2 mars 2001

Continuer la lecture de « Plaisirs et châtiments : Rose foncé (L’Express) »

Hits: 199

La jet set de Sabater mise à nue (L’Est Républicain)

La jet set de Sabater mise à nue

 

Dans son premier roman, « Plaisirs et châtiments », l’écrivain nancéien Jimmy Sabater décrit une bourgeoise corrompue par la drogue, l’alcool et le sexe.
Pour le nancéien Jimmy Sabater, l’écriture a toujours été une passion. A huit ans, il voulait à tout prix une machine à écrire. A dix, ses camarades de classe jouaient sa première pièce de théâtre.
Aujourd’hui âgé de 32 ans, l’artiste nancéien vient de signer son premier roman :  «Plaisirs et châtiments».
Son héroïne, MG. Pas de nom, juste des initiales. Issue du milieu bourgeois londonien, elle mène une vie luxuriante : argent, célébrité, plusieurs maisons. Mais elle s’ennuie !
C’est entre décadence, drogue, alcool et des relations sans lendemain avec les hommes qu’MG essaie d‘animer sa vie, jusqu’au jour où elle réalise que sa vie est un échec. «Elle décide de changer mais, on n’apprend pas aux gens à être heureux ! », ironise l’auteur.

 

« Intimiste et réaliste »

 

Intimiste. Dans le fond, mais aussi dans la forme. Jimmy Sabater a préféré le journal intime à la narration. « Cela permet  de nouer des liens plus forts avec les personnages. Je voulais faire entrer le lecteur dans la peau de quelqu’un d’autre », explique l’écrivain.
Réaliste aussi. Ce livre dénonce la drogue et ses risques. Un thème inspiré d’une expérience personnelle. « Une de mes meilleures amies est tombée dans ce système. Quand on est confronté à cela, on ne sait plus quoi faire ! », confie-t-il.
Le vocabulaire est précis. Les drogues décrites. Pour se documenter, Jimmy Sabater a passé quelques soirées en discothèques à questionner les gens sur l’effet que la drogue avait sur eux.
De même que sa façon de présenter les Français est tirée de ses voyages. «Je rencontre toujours de nouvelles personnes qui ne tarissent pas d’anecdotes sur nous. En Angleterre, par exemple, quand il y a des problèmes avec les Français, nous devenons aussitôt ces « mangeurs de grenouilles » dont je parle dans mon livre ».
Catherine BOL
« Plaisirs et châtiments» de Jimmy Sabater.
Collection Velours de Baleine.
Édition Seuil. 45 F
Vendredi 13 avril 2001

ER_13-04-01.jpg

Hits: 128